« Maker faire » 22 mai 2011

 

Atelier de création pour enfants avec des matériaux recyclés« Maker faire » est un salon qui a été créé par Make Magazine pour célébrer les arts, l’artisanat, l’ingénierie, les projets scientifiques, et l’esprit du bricolage (Do it yourself). Maker faire est un jeu de mots entre maker fabriquant et l’usage du verbe français faire, qui est aussi une référence à fair, la foire.

Le DIY (do it yourself) est un terme utilisé pour décrire la construction, la modification et la réparation de quelque chose sans l’aide d’experts ou de professionnels. La phrase « do it yourself » est devenue d’usage commun dans les années 1950 en référence aux projets d’amélioration de l’habitat que les bricoleurs pouvaient choisir d’effectuer seul. Le terme a ensuite pris une expression plus large et couvre une large gamme de compétences dont la caractéristique commune est la nécessité de compétences manuelles. Dans ce contexte, le DIY est à relier au mouvement Arts and crafts qui offre une alternative moderne la culture de consommation et met l’emphase sur la nécessité de briser la dépendance aux autres pour satisfaire ses besoins.

Le premier salon « Maker faire » s’est tenu en 2006 dans le county de San Mateo. Il comprenait les sites d’exposition et des ateliers et pavillons d’atelier. Il y avait des expositions de fabricants, des ateliers d’apprentissage, des démonstrations, et des compétitions de DIY. D’autres villes ont suivi par la suite pour développer aussi leurs expositions et actuellement « Maker faire » fait le tour des Etats-Unis même si certains stands sont locaux. Comme souvent aux Etats-Unis le salon est présenté comme étant le plus grand du monde.

J’ai entendu parler de cette foire alors que je participai à une session de préparation de sacs contenant des informations et des prospectus pour gratifier les cyclistes lors de la journée sans voiture du 11 mai. Toutes les personnes autour de moi y sont déjà allées et comptent y retourner également cette année. Les cyclistes sont en particulier très prolixes sur le stand vélo qui présente des véhicules inhabituels, vantent les mérites de l’atelier où il est possible d’apprendre à réparer son vélo soi-même, et les stands concernant les énergies renouvelables. Certains vont participer à l’organisation du parking destiné aux cyclistes.

Lorsque nous arrivons à San Mateo, Jim et Julie nous accostent et nous proposent leur acheter des billets. Ils avaient décidé de venir en famille et finalement se sont retrouvés seuls. Jim et Julie viennent tous les ans, généralement avec leurs enfants. Ils trouvent que c’est une expérience formidable pour eux, et adorent participer aux différents ateliers proposés. Jim et Julie ne bricolent pas en temps normal. Ils ont quelques projets, essentiellement de création artistique. Ils viennent surtout pour prendre l’air voir ce qui est proposé de nouveau, participer à quelques ateliers. Effectivement, dans la file la plupart des personnes ne sont pas des bricoleurs avertis. Ils sont là pour participer à un événement ludique, prendre quelques idées et participer à des ateliers.

Igloo en bouteilles de lait d'un gallonLes expositions se divisent entre celle dans des pavillons fermées et celles en plein air. Un pavillon est plus exclusivement destiné aux enfants avec notamment une proposition d’ateliers de création de marionnettes en tissus recyclés, la création de structures en briques en cartons recyclés, un atelier Lego géant. L’Exploratorium de la ville de San Francisco, équivalent du Palais de la Découverte à Paris, a disposé un certain nombre de ses activités de découverte scientifique. Un certain nombre de stands vendent des stages de découverte aux enfants. Sont présents autant des fabricants que des particuliers qui sont plus là pour sensibiliser le public.

Dans le deuxième pavillon, tout tourne autour de la lumière : jeux utilisant la lumière, habits utilisant les lumières éclairages vélo, etc. sont présentés et tout est à vendre. Un autre pavillon est lui plus destiné aux ateliers. Il est possible de participer ainsi à des ateliers de soudure, de création d’objets assistés par ordinateur, de pyrogravure. De grandes compagnies sont très présentes. Google investit ainsi dans un stand où les enfants sont incités à créer des robots à partir de fonctions recueillies sur androïde le téléphone intelligent sur lesquel Google développe des applications. Grande est la déception des enfants dont les parents n’en possèdent pas ! Apple est également présent et propose le même type d’ateliers mais pour des applications destinées à son propre téléphone. De nouveaux de nombreux stands sont destinés aux enfants pour les inciter à découvrir et faire par eux-mêmes, et dans l’ensemble autant d’ateliers leurs sont proposés qu’aux adultes.

Futur robot en matières recycléesQuelques stands ont des visées pédagogiques pour un public d’adultes comme le stand où il est nécessaire de pédaler afin de mettre en marche les amplificateurs pour un concert. Si quelques stands mettent l’emphase sur la nécessité de réutiliser des matériaux et sur le développement durable par exemple en utilisant l’énergie solaire pour se déplacer en voiture ou à vélo ou pour actionner un manège d’enfants, dans l’ensemble ce sont les vielles technologies qui prédominent dont les machines à vapeur grandeur nature ou en miniature pour actionner des locomotives en modèle réduit devant lesquelles se presse un public d’adultes fascinés.

Un pavillon est toutefois destiné à la nourriture et le développement durable, les deux étant rassemblées. Les propositions sont très éclectiques et si certaines sont clairement destinées à acquérir une autonomie alimentaire et énergétique d’autres interpellent. On y trouve ainsi  regroupés des ateliers pour apprendre à s’occuper d’abeilles, réparer sa bicyclette, faire des crêpes et des galettes leçon donnée par un vrai Breton, couper la viande, convertir son jardin en potager, irriguer son jardin avec les eaux grises, faire son pain, faire pousser des champignons chez soi, faire la choucroute, fabriquer sa voiture de sport énergiquement efficace, fabriquer un chandelier avec des bouteilles en plastique, élever des chèvres chez soi, fabriquer soi-même son compost, comment élever ses propres vers. Des conseils pratiques sont également donnés pour recycler les vêtements, réutiliser les emballages plastiques, faire un projet solaire bon marché, rendre sa maison énergétiquement efficace. Un constat, les ateliers de filatures sont nombreux.

A plusieurs endroits de l’exposition des femmes avec des rouées expliquent comment apprendre à filer sa laine. Uneune "invention" stream amie m’expliquera qu’il ne s’agit en rien d’un phénomène isolé mais au contraire d’un mouvement large aux Etats-Unis au point que certaines applications ont été développées sur les téléphones portables pour aider les fileuses notamment à mesurer la taille de leur fil. Tout aussi populaire est la mode du déguisement Steampunk qui s’inspire directement des œuvres de H.G. Wells et Jules Verne, un mouvement sensé incarner l’esprit du DIY. En plus de disposer d’un stand expliquant les détails du mouvement et comment réaliser soi-même les différents gadgets, nombreuses sont les personnes qui déambulent dans les allées dans des tenues très en accord avec les trains à vapeurs.

Au final, si les ateliers pratiques sont effectivement nombreux, la foire est avant tout là pour vivre de ses ventes : vente d’objets dits artisanaux, vente de kits pour fabriquer les dits objets, vente de services. Si une culture alternative est présente sous la forme d’un courant écologique « greening your life » ce n’est encore que timidement et s’il s’agit d’acquérir des compétences il s’agit également de consommer, de la nourriture comme des produits et les distributeurs de billets au sein de l’enceinte de la foire sont nombreux !


You may also like...