Recherche en cours: les nouveaux chiffonniers de Paris, un sujet frontière.

Chercheur indépendant, Frank Beau a eu l’occasion d’être sensibilisé au sujet des chiffonniers en tant que conseiller de quartier du 10e arrondissement de Paris en 2011. Confronté à une situation de terrain assez dure pour tous les acteurs concernés, il lui a semblé qu’un travail de mise à plat était nécessaire afin que ces sujets puissent être saisis en France et à Paris en particulier, avec davantage de lucidité et d’inspiration. S’il n’y a aucune certitude sur la manière de résoudre localement de telles questions, la nature exemplaire de ce sujet-frontière et carrefour paraît certaine. Car il mêle la question symbolique et pratique du partage de l’espace public, de la valeur (notamment foncière et commerciale) d’un territoire, la question du recyclage des déchets urbains ménagers, et celle des nouvelles vagues d’immigration (Europe de l’est, Chine et Afrique en particulier). On peut supposer que toute innovation, tout changement de regard substantiel, toute nouvelle clé introduite à cet endroit peut avoir des conséquences décisives sur chacun de ces sujets. C’est pourquoi il est nécessaire qu’une investigation transversale puisse avoir lieu, qu’il aborde pour sa part sous l’angle de la démocratie locale, en interrogeant ses limites et ses possibilités futures au vu d’un tel sujet. Il est probable que ce travail débouche à terme sur un essai ou un texte synthétique en direction des acteurs concernés. Frank Beau est  preneur d’échanges avec des chercheurs travaillant sur la question des récupérateurs-vendeurs, des populations roms, de l’économie informelle locale.
Marché de Barbès 2011 © FB
Il ne semble y avoir rien de plus difficile dans la vie urbaine de notre société contemporaine que de voir s’agréger dans un même temps et un même lieu : le nouveau visage de la misère, l’étranger, et la question des déchets. Le quartier de Belleville-Couronne à Paris a vu affluer des centaines de personnes vendant à même la rue. On leur donne sur le terrain toute une série de noms : marchés de la misère, marchés sauvages, marchés aux biffins, marches aux voleurs. Ce phénomène, très présent dans le Nord-est de Paris depuis des années, a fait l’objet depuis un an d’une véritable guérilla urbaine dans le quartier de Belleville, opposant propriétaires et commerçants et forces de police à des activistes radicaux, avec au milieu des chiffonniers, récupérateurs sans papiers, cherchant à se faire le plus discret possible, attendant que les échauffourées et les démonstrations de force ne passent, pour reprendre si possible leur activité. En quelques mois, ce sont plusieurs centaines de vendeurs qui ont investi le quartier de Belleville-Couronne et autant d’acheteurs, pour revendre des objets récupérés dans les poubelles des habitants, des supermarchés, chapardés dans les stocks d’associations caritatives et parfois sur les étales des commerçants alentour.
Le nombre, les visages et la nature de ce commerce construisent un amalgame ou un caillot urbain insoutenable pour une partie des riverains, et à ce jour pour la  majorité des élus en place. Légaliser dans Paris un espace de vente pour chiffonniers sans papiers, roms, chinois, chibanis, jeunes tunisiens fraîchement débarqués, ce serait envoyer ce signal fatal, et faire venir dans ce quartier la misère du monde. Aussi, force est de constater que face à cet épouvantail ou ce « monstre de la misère infinie », il n’existe pas de capacité collective locale et régionale à dialoguer sereinement, à poser à plat le sujet, à démêler les nombreux fils enchevêtrés, et en faire un objet politique et contemporain comme un autre.
Au fond du sujet, nul ne semble vouloir réellement ou ouvertement substituer à la figure historique et folklorique du chiffonnier du 19e siècle que l’on craignait mais auquel on accordait des droits, celle de la famille Rom, des ressortissants des pays de l’est, du chinois très pauvre. Des images fortes percutent l’imagination des élus et de certains riverains et servent d’épouvantail. On pense aux intouchables indiens ou au quartier des chiffonniers du Caire : cette montagne d’immondices pour les uns, ce miracle de la résilience et des arts du commerce pour les autres. Et de cela, on ne veut pas dans une grande capitale, c’est l’un des enjeux est de repousser cette misère aux portes de Paris.
Et puis il y a cette question lancinante de la saleté. C’est l’argument massue des riverains, celui sur lequel ils s’appuient pour justifier leur demande expresse de voir les récupérateurs-vendeurs et autres biffins s’en aller. Notre capitale, l’ancienne Lutèce, dont on a beaucoup dit et contesté aussi, qu’elle avait pour étymologie gauloise et celtique Lut, la « boue » ou le malpropre, fut réputée la ville la plus sale d’Europe sous Louis XIV. Bien plus tard Messieurs Poubelle, Pasteur et Ferry par leurs découvertes et leurs lois finirent d’établir le lien entre hygiène, santé, éducation et responsabilité collective. Des épidémies avaient décimé la capitale depuis un millénaire, les odeurs pestilentielles issues des déchets quotidiens, non ramassés, sont restées dans les mémoires et dans les textes. L’hygiénisme de la fin du 19e siècle aurait évacué la maladie, la puanteur et par le même coup l’essentiel de la misère visible. Serait-ce au fond cela qui remonterait de l’inconscient collectif, par l’entremise des nouveaux chiffonniers de Paris?
Quand on scrute le territoire en question, que l’on interroge l’ensemble des parties prenantes (élus, riverains, commerçants, centres sociaux, biffins…), on finit par constater que le nerf de la guerre n’est pas tant dans le sujet des tensions ethniques et dans la saleté mise en exergue, que dans une presque banale guerre de territoires, une lutte pour la survie. Pire encore un sentiment de précarité ou de fragilité collective. Une chose frappe alors quand on confronte les intérêts respectifs de l’élu local, du propriétaire, du commerçant et du biffin : chacun dans le gourbi actuel chercherait finalement à sauver sa peau.
De fait, il est quasiment impossible à ce stade de raisonner localement sur la nature de l’économie informelle, sur les vertus de cette nouvelle pratique de recyclage, sur la place qu’elle pourrait avoir dans un écosystème bien plus large, associant ou laissant à leurs places respectives des industriels de la déchetterie, des instances publiques locales et des associations caritatives. Pourtant à l’heure où l’on songe sérieusement à rationaliser nos économies et nos ressources, ces question-là peuvent se poser : dans le monde professionnalisé du recyclage des déchets, le nouveau chiffonnier est-il un grain de sable ou potentiellement de l’huile dans de nouveaux rouages ? Quels sont alors ces nouveaux rouages ? Et surtout quelles sont les règles, les mesures et les nuances sociales, politiques, économiques, permettant de les agencer judicieusement ?
Le sujet semble porter en lui à la fois les peurs sourdes et profondes et les clés d’une nouvelle manière d’appréhender l’hygiène collective, les régimes de consommation urbaine, le vivre ensemble comme l’on dit de nos jours, et le rapport imaginaire à un nouveau monde multipolaire. Car il oblige sur le terrain et au quotidien à agir et se positionner. La question du moment est la suivante : faut-il réprimer ou légaliser des espaces de vente, et si oui de quelle manière ? L’expérience du 18e arrondissement du « carré des biffins », encore unique en son genre, est-elle le point de départ d’une réflexion plus large ou un modèle à suivre ? Faut-il institutionnaliser le chiffonnier, faut-il séparer le bon grain de l’ivraie (incarnés à ce jour par le voleur et le biffin) ? Faut-il interdire la vente de nourriture et de produits d’hygiènes. C’est à ce jour la position dominante, mais poser la question des besoins alimentaires et d’hygiène des acheteurs reste tabou. Force est de constater que ni les logiques de répression ni les hypothèses actuelles de légalisation ne semblent aller assez loin dans le questionnement de ce qui apparaît avant tout comme un nœud, un sujet frontière séparant peut-être une vision révolue du partage de l’espace public, du social et de l’écologie, et une vision à reconstruire intégralement.
Car l’un des enjeux forts est sans doute de définir des règles qui ne soient pas celles d’un hygiénisme du passé ou d’un néo-hygiénisme oubliant parfois rapidement au prétextes des nouvelles menaces environnementales, des critères sociaux et humains sensibles. Symptôme de cela, un débat sur l’instauration d’un droit fondamental de tout citoyen, et par extension de tout demandeur d’asile, à se donner les moyens de survivre en recyclant de la matière première ou des objets usagers dans des espaces publics dédiés à cet effet, est inaudible à ce jour. Ce n’est pas la question principale des principaux courants écologistes, socio-démocrates et progressistes confrontés sur le terrain à ce sujet à Paris, qui mettent en avant des solutions sociales globales ou des réponses institutionnelles locales peu adaptées aux populations concernées (les ressourceries de quartier par exemples). Si cela démontre que la question des déchets demeure à chaque époque une question éminemment politique, l’une des clés pour encourager un dialogue civil mature semble être dans le dénudement des divers paramètres du sujet et des tabous qui le tapissent, plus que dans le souci de dénouement immédiat d’une situation de crise territoriale, qui ne semble par ailleurs que commencer.

 


You may also like...