A lire: Dossier Afrique versus sacs papier sur Afrik.com

Le dossier débute par ce constat « Plusieurs pays du continent les ont interdits pour réduire la pollution. Alors que les pays européens ne donnent pas toujours l’exemple dans la lutte contre les sacs plastiques, les États africains font figure de bons élèves. Depuis plusieurs années, de nombreux pays du continent ont décidé de se débarrasser de leurs sacs plastiques pour réduire la pollution et améliorer les conditions de vie des populations. ».

La politique des pays africains relative à la gestion des déchets plastiques est une question centrale en matière d’écologie et de pollution. Les multiples difficultés rencontrées pour la collecte, le transfert et l’élimination des déchets ont des impacts tant environnementaux (enlaidissement du paysage de la ville, infertilité des sols, bouchage des canalisations du réseau et stagnation des eaux) que sanitaires (propagation de maladies hydriques telles que le choléra, la typhoïde, le paludisme et la mortalité du bétail suite aux indigestions du plastique) note Alain Rodrigue Ngonde Elong.

Certains pays optent pour l’interdiction de leurs production et commercialisation alors que d’autres mettent en place des stratégies de recyclage.

Au Mali c’est à l’unanimité que les députés maliens ont adopté la loi interdisant la production et la commercialisation des plastiques non biodégradables qui interviendra en vigueur le 1er avril 2013. Aujourd’hui, dans le commerce tous les produits et les articles sont emballés dans des sachets plastiques qui sont rejetés dans la nature très souvent après un usage unique. On assiste à une dispersion quotidienne anarchique et excessive de ces sachets dans la rue, les caniveaux, les champs et sur les arbres.

Le même problème se répète partout avec une volonté de surmonter le problème de plus en plus marqué. Au Gabon, une ONG est à l’origine d’une éradication partielle des sacs en plastiques.  Au Congo, le gouverneur de Kinshasa a décidé, par le biais d’un arrêt, d’interdire la production de sachets plastique. La mesure, qui devait entrer en vigueur dès le 30 mai 2012, est destinée à préserver la santé des Kinois, l’environnement et l’urbanisme.  Dans cette ville, la production de déchets s’élève à 5 000 tonnes de déchets par jour. En terme de segmentation des déchets, 70% sont des déchets biodégradables, 20% sont des plastiques et 10% sont métalliques et proviennent des hôpitaux. Le plastique est donc un problème de fond.

S’attaquer aux déchets plastiques demande de résoudre deux problèmes en amont celui de leur production. Au Gabon par exemple et sans doute dans de nombreux autres pays, les sachets sont essentiellement produits par des petits producteurs auxquels le gouvernement ne propose toutefois aucune solution de reconversion.  Le deuxième problème est celui de la récolte et du recyclage des déchets. Le Cameroun cherche ainsi à développer le recyclage des matières plastiques. « Nous devons nous regrouper afin de collecter les déchets plastiques et générer une plus-value économique. Cela ne s’arrête pas là car à travers le circuit de recyclage, nous pourrons obtenir des tuiles et pavés en plastique qui embellissent nos espaces de vie. Cette action cyclique permet à coup sûr de créer de nouveaux emplois et s’inscrire dans une dynamique pouvant rendre un pays émergent avec une jeunesse épanouie. » indique Alain Rodrigue Ngonde Elong. Au Cameroun : RED-PLAST Sarl est chargée d’exploiter ces déchets à travers leur récupération et leur transformation en des produits semi-finis et finis. Elle offrira les services suivants : la collecte des déchets plastiques, la transformation et la vente des produits dérivés du plastique à savoir les granulés utilisés comme matière première dans les industries de transformation du plastique ; les tuiles pour les couvertures des maisons ; les pavés pour les revêtements du sol.

Lire également l’exemple un peu plus ancien du Togo où les habitants sont incités à récolter les déchets plastiques pour les vendre à une ONG qui s’occupe de leur revalorisation et incinération, et celui du Burkina-Faso où deux associations burkinabès : Pengdwendé (APW) et l’Association pour l’innovation et la recherche technologique appropriée en environnement (AIRTAE) ont pour objectif de débarrasser le Burkina Faso des déchets plastiques qui traînent et représentent une menace pour l’environnement en offrant une formation aux femmes pour qu’elles puissent recycler la matière polluante afin d’en faire des objets utilitaires longue durée.

Pour en savoir plus : http://www.afrik.com/afrique-vs-sacs-plastiques

Sur ce site lire notamment la rubrique des thèses en cours sur ces questions.


You may also like...