Author: Guillaume Jacques

La prénasalisation en hmong-mien

La reconstruction de Baxter et Sagart (2014) fait un grand usage de la prénasalisation en hmong-mien, suivant en cela certaines idées proposées par Downer dans cet article remarquable, qui n’a pas pris une ride en plus de 40 ans: les prénasalisées du chinois archaïque deviennent des voisées en mien, la…

D’où viennent les -ā:p et -am du khaling?

Les lois phonétiques du khaling présentées dans cet article montrent que les *a du pré-khaling ne restent a que lorsque suivies de vélaires, et deviennent ɛ en syllabe ouverte et suivies des codas labiales et dentales. Toutefois, on trouve un nombre non-négligeable de noms en -ap et en -am. Quelle…

La racine sino-tibétaine « traverser »

En lisant cet article qui parle entre autres du verbe 越 hjwot < *ɢwat « traverser » en chinois et de ses dérivés, je me suis rappelé du verbe khaling |wett| « cross over a ridge » (voir aussi ce lien au cas où l’autre ne fonctionnerait plus). Cette comparaison fonctionne du point du…

L’hébreu à la rescousse du gyalronguique

Un des problèmes non-résolus de la linguistique gyalronguique est la reconstruction des suffixes d’indexation personnelle. Si certaines langues, comme le situ et le zbu présentent des alternances non-triviales, notamment pour marquer la 1sg, le japhug a un système complètement parallèle entre pronoms, préfixes possessifs et suffixes d’indexation, comme le montre…

La nasale intrusive en limbou

Les correspondances phonétiques des mots apparentés entre le chinois et le tibétain sont très complexes pour un grand nombre de raisons; l’une d’entre elle est à mon avis la perte dans ces deux langues d’une morphologie plus complexe de type gyalrong-kiranti. Pour illustrer ce problème, notons par exemple le nom…

Les réduplications qui n’en sont plus

Les réduplications, lorsqu’elles subissent des changements phonétiques même relativement modérés, peuvent parfois devenir méconnaissables, et synchroniquement immotivées. Un cas bien connu est celui de la forme d’aoriste/injonctif qui donne le grec εἶπον eipon ‘je dis’ (qui fonctionne comme l’aoriste de φημί phêmi et de λέγω legô « dire ») et le sanskrit…

Le manchou, une langue injustement négligée

Je viens de rendre public mon premier travail sur la grammaire du mandchou, co-écrit avec José Andrés Alonso de la Fuente, à propos du mouvement associé dans cette langue. Le mandchou, langue maintenant préservée de façon vivante uniquement par les Sibe de Cabcal, a la fausse réputation d’une langue « simple »…

Les comptines enfantines comme élément de substrat?

Comme la quasi-totalité des bretons de ma génération, j’ai été peu exposé à cette langue durant mon enfance; ne restent que quelques mots de substrat dans mon français (« taguer » pour « s’étouffer », du breton tagañ), le seul contact direct que j’ai eu avec cette langue avant de décider de l’apprendre à…

Une langue isolée à Hainan?

Me voici de retour à Paris, et le hasard m’a conduit à feuilleter ce matin sur ce livre sur la phonologie du hlai, basé (avec très peu de modifications) sur cette thèse datant de 2007. Le livre est accompagné d’un appendice en ligne comprenant les reconstructions et les formes des…

Carnet de terrain ( 2016) V

Dans les langues rgyalrongs et kiranties, l’ordre normal pour dire « père et mère » est l’inverse de celui du français, du chinois ou du tibétain; on dit ainsi en japhug a-mu a-wa « ma mère et mon père », avec la mère en premier. Dans le registre de langue aujourd’hui disparu des nobles…

Carnet de terrain (2016) III

Malgré l’omniprésence du chinois, une oreille avertie qui passe dans la rue à Mbarkham peut facilement repérer des conversations bien vivantes en situ, en japhug, en tshobdun et aussi en tibétain amdo. Cette diversité linguistique est précieuse mais potentiellement fragile; qu’en sera-t-il dans cinquante ans? Parmi les découvertes d’aujourd’hui… Les…

Carnet de terrain (2016) II

Le travail linguistique à Mbarkham est peu éprouvant physiquement, et l’on peut y bénéficier du même confort moderne que dans une grande ville, au point qu’on hésite un peu à parler de « terrain », en comparaison notamment avec le Népal. Mis à part des problèmes d’indigestion, et un morceau de dent…

Brahma le vénérable

Dans un article paru il y a quelques années, Michel Ferlus propose une nouvelle interprétation du nom de personne 范師蔓 (en mandarin fànshīmàn, chinois moyen bjomX ʂij manH); en se basant sur la reconstruction en chinois archaïque *brəmʔ sri man-s. Selon lui, les premières syllabes correspondent à brāhmaṇa- ब्रह्मण: ‘brahmane’…

Une famille de mot en tibétain

Dans ce billet, je vais esquisser les relations étymologiques dans une famille de mots particulière en tibétain, et montrer comment les langues gyalrongs peuvent éclairer l’étymologie tibétaine d’une façon qu’une étude interne ne permettrait pas. Le raisonnement présenté ici part de l’idée que les langues gyalronguiques préservent de façon productive…

Un petit détour par le tujia (1)

Le tujia est de toutes les langues sino-tibétaines autres que le chinois, celle qui parlée le plus au nord-est, dans deux enclaves au milieu de variétés diverses de langues chinoises et de langues hmong-mien, dans le département de Luxi 泸溪县 et celui de Longshan 龙山县 au Hunan. Il existait encore…

Le suffixe -im- d’obviatif en ojibwe

Ce matin dans le bus en lisant ce livre, je suis tombé sur une paire minimale illustrant l’usage du suffixe –im– obviatif en ojibwe. C’est un bon exemple que je compte sans doute réutiliser dans des articles sur la question. Page 162, nous lisons, au paragraphe 7: (1) Mii sa…