Author: Guillaume Jacques

‘bul et dbul

Si la comparaison sino-tibétaine a plus d’une centaine d’années, et a été menée par de grand savants tels que Li Fang-kuei, South Coblin ou Gong Hwangcherng, la sophistication des comparaisons fait pâle figure en comparaison avec les travaux des collègues indo-européanistes, car la pratique générale est la Wurzeletymologie, où l’on…

Le causatif en jingpo

Dans un article écrit il y a quelques années, je m’intéressais à la question de savoir si le préfixe causatif à sifflante (japhug sɯ-, sɯɣ-, z– selon le contexte) était productif ou non dans d’autres langues. En jinghpo, comme en japhug le préfixe cognat a de nombreux allomorphes (sha-, sa-,…

Arapaho noohow- ‘voir’

La plupart des langues algonquiennes (sauf les langues de l’est) ont une séries de verbes signifiant « voir » dont la racine initiale est *wāp- (qui signifie également « blanc, clair »), comme en ojibwe le VTA waabam-, le VTI waabandan- et le VAI waabi- « avoir une vision », avec des finales différentes. Même le…

Rgveda 1.29

Comme exemple de ce à quoi pourrait ressembler une édition multimédia du Rgveda (qui pourrait presque trouver sa place dans l’archive pangloss), j’ai choisi un poème parmi les plus court et les plus répétitifs et ai découpé pour chaque vers un extrait sonore tiré des fichiers présenté ici. La traduction…

Le védique : une philologie à tradition orale

Le védique est l’une des seules langues anciennes à disposer d’une tradition ininterrompue de récitation orale (l’arabe coranique est peut-être un autre exemple, encore que les traditions de récitation actuelles ne doivent pas être indépendantes de la version écrite), ce qui offre un attrait supplémentaire indéniable à cette langue: je…

Une trace des groupes de consonnes en kulung?

Le kulung fait partie des langues kiranties qui ont perdu les groupes initiaux; citons ainsi les paires suivantes (données de Tolsma 2006 et khaling de ce dictionnaire). Notons que comme le montre Boyd Michailovsky, les voisées *b, *d *g du proto-kiranti correspondent à des voisées en khaling et à des…

Un emprunt kulung en khaling?

Dans un billet écrit l’année dernière, j’avais déjà mentionné le problème des emprunts entre langues kiranties. Je suis en ce moment en train de travailler sur la phonologie/morphologie historique du kulung, et je remarque que le mot kawa ‘eau’ rappelle le khaling कव kʌwʌ ‘rivière’. Notons que le mot khaling…

Le destin de *sr- en tibétain

Suite à cet article et à ce billet, voici, en plus des mots tibétain gɕam « le bas » et ɕig « le pou », quelques nouveaux exemples de *sr- > ɕ- en tibétain. En proto-kuki-chin, selon Van Bik, on trouve les mots suivants: [1077] *hriat (Hakha hriat, hriaʔ) « comb » qui peut se comparer…

Le nom du « foie » en indo-iranien et l’analogie proportionnelle

Le nom du « foie » en indo-européen fait partie des noms neutres hétéroclitiques, avec une alternance entre r au nominatif/accusatif et n aux cas obliques (voir cet article de Schindler à propos de cette classe de noms). En sanskrit, on a par exemple nom/acc yak-ṛt, abl/gen yak-nas, instr yak-nā, un paradigme…

L’étain en jiongnai: un emprunt au chinois archaïque

En lisant ce livre, je suis tombé sur ce mot pour l’étain (dans deux dialectes): 炯奈语(龙华)lei35 炯奈语(六巷)lhe22 On lui trouve des cognats dans d’autres langues hmong: 吉卫 lhja54 阳孟 lhja35 中心 lje31 Ce mot est de toute évidence un emprunt au chinois archaïque 锡 sek < *s-lˁek; le groupe de…

La prénasalisation en hmong-mien

La reconstruction de Baxter et Sagart (2014) fait un grand usage de la prénasalisation en hmong-mien, suivant en cela certaines idées proposées par Downer dans cet article remarquable, qui n’a pas pris une ride en plus de 40 ans: les prénasalisées du chinois archaïque deviennent des voisées en mien, la…

D’où viennent les -ā:p et -am du khaling?

Les lois phonétiques du khaling présentées dans cet article montrent que les *a du pré-khaling ne restent a que lorsque suivies de vélaires, et deviennent ɛ en syllabe ouverte et suivies des codas labiales et dentales. Toutefois, on trouve un nombre non-négligeable de noms en -ap et en -am. Quelle…

La racine sino-tibétaine « traverser »

En lisant cet article qui parle entre autres du verbe 越 hjwot < *ɢwat « traverser » en chinois et de ses dérivés, je me suis rappelé du verbe khaling |wett| « cross over a ridge » (voir aussi ce lien au cas où l’autre ne fonctionnerait plus). Cette comparaison fonctionne du point du…

L’hébreu à la rescousse du gyalronguique

Un des problèmes non-résolus de la linguistique gyalronguique est la reconstruction des suffixes d’indexation personnelle. Si certaines langues, comme le situ et le zbu présentent des alternances non-triviales, notamment pour marquer la 1sg, le japhug a un système complètement parallèle entre pronoms, préfixes possessifs et suffixes d’indexation, comme le montre…

La nasale intrusive en limbou

Les correspondances phonétiques des mots apparentés entre le chinois et le tibétain sont très complexes pour un grand nombre de raisons; l’une d’entre elle est à mon avis la perte dans ces deux langues d’une morphologie plus complexe de type gyalrong-kiranti. Pour illustrer ce problème, notons par exemple le nom…

Les réduplications qui n’en sont plus

Les réduplications, lorsqu’elles subissent des changements phonétiques même relativement modérés, peuvent parfois devenir méconnaissables, et synchroniquement immotivées. Un cas bien connu est celui de la forme d’aoriste/injonctif qui donne le grec εἶπον eipon ‘je dis’ (qui fonctionne comme l’aoriste de φημί phêmi et de λέγω legô « dire ») et le sanskrit…