Author: Guillaume Jacques

Les phrases complétives en japhug

J’ai commencé à travailler sur un article à propos des phrases complétives en japhug, qui est un des derniers points majeurs de la grammaire, après les relatives, les comparatives, les subordonnées circonstancielles et l’évidentialité que j’ai besoin de défricher avant de pouvoir me mettre à la rédaction de la grammaire…

Skype: un outil pour la linguistique de terrain

Avec la généralisation des téléphones portables et parfois même des connexions internet dans les régions reculées du globe, il devient possible de garder contact avec ses informateurs entre deux terrains, ce qui a un intérêt social (ne pas s’oublier les uns les autres), linguistique (avoir une occasion de parler la…

Comment écrire une thèse de linguistique? (5)

Suite du billet n°1, du billet n°2, du billet n°3 et du billet n°4 de cette série. 7) Rédaction de la thèse Pour mener à bien une thèse de doctorat, il ne suffit pas d’avoir des données et des idées originales, il faut également parvenir à rédiger un document construit…

Un corpus inattendu

Le plus grand obstacle à la description et la l’étude historique et typologique des langues kiranties et gyalronguiques (et à la majorité des langues du monde, d’ailleurs) est la taille limitée des corpus de textes disponibles. A ce titre, tous les corpus de textes de taille respectable, mêmes incongrus, méritent…

Comment écrire une thèse de linguistique (2)

Suite de ce billet (3) articles Pour trouver un poste en linguistique après la thèse, que ce soit à l’université ou au CNRS, il est crucial d’avoir des publications dans des supports reconnus. En linguistique, les livres et les articles comptent à égalité, mais il est néanmoins préférable de commencer…

Comment écrire une thèse de linguistique (1)

Ce billet s’adresse aux étudiants qui écrivent ou se destinent à écrire une thèse en linguistique descriptive, en typologie ou en linguistique historique. Les suggestions qui suivent ne s’appliquent pas à d’autres domaines, comme la phonétique ou la linguistique informatique. (1) Travail préparatoire En complément des connaissances en linguistique et…

Indo-européen et linguistique historique

La linguistique indo-européenne a une place à part parmi les sous-domaines de la linguistique historique. Cette discipline, née de la combinaison de la grammaire paninéenne et de la philologie classique du latine et du grec, a une avancée considérable sur les études portant sur les autres familles de langues, et…

« Tibéto-birman »: un terme à abandonner

Le terme « tibéto-birman », dont l’usage est très répandu aussi bien parmi les linguistes généralistes que chez les spécialistes du domaine, pose à mon avis un problème fondamental. Il est généralement compris comme englobant toutes les langues sino-tibétaines mis à part le chinois, et permet ainsi d’opposer artificiellement le chinois des…

Les animaux domestiqués des proto-sino-tibétains

Parmi les rares mots apparentés entre langues gyalrong et chinois (si l’on exclut les emprunts récents et les emprunts passés par le tibétain), on trouve quatre ou cinq mammifères domestiques (le cinquième étant plus spéculatif): (1) « mouton »: japhug qaʑo < *-jaŋ « mouton » (qa- est un préfixe de noms d’animaux) chinois…

Les animaux domestiqués des proto-sino-tibétains

Parmi les rares mots apparentés entre langues gyalrong et chinois (si l’on exclut les emprunts récents et les emprunts passés par le tibétain), on trouve quatre ou cinq mammifères domestiques (le cinquième étant plus spéculatif): (1) « mouton »: japhug qaʑo < *-jaŋ « mouton » (qa- est un préfixe de noms d’animaux) chinois…

Une trace du suffixe de réfléchi en tibétain?

Comme l’a fait remarquer Nathan W. Hill dans cet article, on trouve en tibétain, non pas deux, mais trois séries de verbes où l’alternance de voisement s’accompagne d’une alternance de transitivité. Voici les exemples qu’il donne dans son article (ici adaptés dans ma transcription du tibétain). Dans la forme B,…

Le siuslaw : une langue mal documentée

La lecture des travaux du siècle dernier sur des langues maintenant disparues est souvent instructive pour les linguistes de terrain actuels, à la fois par les informations précieuses qu’ils contiennent, mais aussi par leurs limitations, qui nous invitent à mieux faire. Le siuslaw, langue (isolée?) de la côté de l’Orégon,…

Le siuslaw : une langue mal documentée

La lecture des travaux du siècle dernier sur des langues maintenant disparues est souvent instructive pour les linguistes de terrain actuels, à la fois par les informations précieuses qu’ils contiennent, mais aussi par leurs limitations, qui nous invitent à mieux faire. Le siuslaw, langue (isolée?) de la côté de l’Orégon,…

Les relatives à tête interne en japhug

Parmi les nombreux phénomènes grammaticaux passionnants que l’on observe en japhug, l’un des plus courants dans les textes est la présence de relatives à tête interne, c’est à dire où l’élément relativisé (l’antécédent en terme de grammaire traditionnelle, mais dans ce cas précis ce terme est impropre) n’est ni extraposé…

Les emprunts entre langues kiranti

Les verbes conjugués en kiranti, contrairement à ceux des langues gyalronguiques, sont une classe quasi-fermée; il est très difficile d’ajouter de nouvelles racines verbales, et la façon productive de créer de nouveaux verbes est d’utiliser une construction avec auxiliaire. Les emprunts de verbes sont très rares. En khaling, je ne…