Author: Guillaume Jacques

Le manchou, une langue injustement négligée

Je viens de rendre public mon premier travail sur la grammaire du mandchou, co-écrit avec José Andrés Alonso de la Fuente, à propos du mouvement associé dans cette langue. Le mandchou, langue maintenant préservée de façon vivante uniquement par les Sibe de Cabcal, a la fausse réputation d’une langue « simple »…

Les comptines enfantines comme élément de substrat?

Comme la quasi-totalité des bretons de ma génération, j’ai été peu exposé à cette langue durant mon enfance; ne restent que quelques mots de substrat dans mon français (« taguer » pour « s’étouffer », du breton tagañ), le seul contact direct que j’ai eu avec cette langue avant de décider de l’apprendre à…

Une langue isolée à Hainan?

Me voici de retour à Paris, et le hasard m’a conduit à feuilleter ce matin sur ce livre sur la phonologie du hlai, basé (avec très peu de modifications) sur cette thèse datant de 2007. Le livre est accompagné d’un appendice en ligne comprenant les reconstructions et les formes des…

Carnet de terrain ( 2016) V

Dans les langues rgyalrongs et kiranties, l’ordre normal pour dire « père et mère » est l’inverse de celui du français, du chinois ou du tibétain; on dit ainsi en japhug a-mu a-wa « ma mère et mon père », avec la mère en premier. Dans le registre de langue aujourd’hui disparu des nobles…

Carnet de terrain (2016) III

Malgré l’omniprésence du chinois, une oreille avertie qui passe dans la rue à Mbarkham peut facilement repérer des conversations bien vivantes en situ, en japhug, en tshobdun et aussi en tibétain amdo. Cette diversité linguistique est précieuse mais potentiellement fragile; qu’en sera-t-il dans cinquante ans? Parmi les découvertes d’aujourd’hui… Les…

Carnet de terrain (2016) II

Le travail linguistique à Mbarkham est peu éprouvant physiquement, et l’on peut y bénéficier du même confort moderne que dans une grande ville, au point qu’on hésite un peu à parler de « terrain », en comparaison notamment avec le Népal. Mis à part des problèmes d’indigestion, et un morceau de dent…

Brahma le vénérable

Dans un article paru il y a quelques années, Michel Ferlus propose une nouvelle interprétation du nom de personne 范師蔓 (en mandarin fànshīmàn, chinois moyen bjomX ʂij manH); en se basant sur la reconstruction en chinois archaïque *brəmʔ sri man-s. Selon lui, les premières syllabes correspondent à brāhmaṇa- ब्रह्मण: ‘brahmane’…

Une famille de mot en tibétain

Dans ce billet, je vais esquisser les relations étymologiques dans une famille de mots particulière en tibétain, et montrer comment les langues gyalrongs peuvent éclairer l’étymologie tibétaine d’une façon qu’une étude interne ne permettrait pas. Le raisonnement présenté ici part de l’idée que les langues gyalronguiques préservent de façon productive…

Un petit détour par le tujia (1)

Le tujia est de toutes les langues sino-tibétaines autres que le chinois, celle qui parlée le plus au nord-est, dans deux enclaves au milieu de variétés diverses de langues chinoises et de langues hmong-mien, dans le département de Luxi 泸溪县 et celui de Longshan 龙山县 au Hunan. Il existait encore…

Le suffixe -im- d’obviatif en ojibwe

Ce matin dans le bus en lisant ce livre, je suis tombé sur une paire minimale illustrant l’usage du suffixe –im– obviatif en ojibwe. C’est un bon exemple que je compte sans doute réutiliser dans des articles sur la question. Page 162, nous lisons, au paragraphe 7: (1) Mii sa…

Les phrases complétives en japhug

J’ai commencé à travailler sur un article à propos des phrases complétives en japhug, qui est un des derniers points majeurs de la grammaire, après les relatives, les comparatives, les subordonnées circonstancielles et l’évidentialité que j’ai besoin de défricher avant de pouvoir me mettre à la rédaction de la grammaire…

Skype: un outil pour la linguistique de terrain

Avec la généralisation des téléphones portables et parfois même des connexions internet dans les régions reculées du globe, il devient possible de garder contact avec ses informateurs entre deux terrains, ce qui a un intérêt social (ne pas s’oublier les uns les autres), linguistique (avoir une occasion de parler la…

Comment écrire une thèse de linguistique? (5)

Suite du billet n°1, du billet n°2, du billet n°3 et du billet n°4 de cette série. 7) Rédaction de la thèse Pour mener à bien une thèse de doctorat, il ne suffit pas d’avoir des données et des idées originales, il faut également parvenir à rédiger un document construit…

Un corpus inattendu

Le plus grand obstacle à la description et la l’étude historique et typologique des langues kiranties et gyalronguiques (et à la majorité des langues du monde, d’ailleurs) est la taille limitée des corpus de textes disponibles. A ce titre, tous les corpus de textes de taille respectable, mêmes incongrus, méritent…

Comment écrire une thèse de linguistique (2)

Suite de ce billet (3) articles Pour trouver un poste en linguistique après la thèse, que ce soit à l’université ou au CNRS, il est crucial d’avoir des publications dans des supports reconnus. En linguistique, les livres et les articles comptent à égalité, mais il est néanmoins préférable de commencer…

Comment écrire une thèse de linguistique (1)

Ce billet s’adresse aux étudiants qui écrivent ou se destinent à écrire une thèse en linguistique descriptive, en typologie ou en linguistique historique. Les suggestions qui suivent ne s’appliquent pas à d’autres domaines, comme la phonétique ou la linguistique informatique. (1) Travail préparatoire En complément des connaissances en linguistique et…