Author: Anne Charlotte Husson

Une lignée discursive argumentative: la « manipulation sémantique »

Je propose dans ma thèse de parler de « lignée discursive argumentative » pour envisager de manière dynamique l’antériorité, la transmission et la diffusion d’un argument. Cette notion est un prolongement de celle de « lignée discursive »,…

La vulnérabilité, un concept opératoire?

L’idée de ce billet m’est venue à l’écoute d’une très belle conférence d’Emilie Née et Fernando Hartmann dans le cadre du séminaire “Insécurités discursives et locuteurs vulnérables” organisé ce semestre par Marie-Anne Paveau à…

La vulnérabilité, un concept opératoire?

L’idée de ce billet m’est venue à l’écoute d’une très belle conférence d’Emilie Née et Fernando Hartmann dans le cadre du séminaire « Insécurités discursives et locuteurs vulnérables » organisé ce semestre par Marie-Anne Paveau à…

Après (5) Des memes et des larmes

  Parce qu’Internet sera toujours Internet et que c’est pour ça qu’on l’aime (enfin moi), une fois la stupeur passée, les mèmes ont commencé à faire leur apparition. Pour rappel, un mème (graphie francisée de…  

Après (4) A la recherche d’un slogan?

Pour continuer ma série de billets consacrés aux discours produits sur Internet après les attentats du 13 novembre, je m’intéresse maintenant aux slogans qui émergent en ligne à la suite d’événements comme celui-ci. J’ai…

Après (3) Evénements et genres de discours numériques

Une manière d’appréhender l’événement social consiste à étudier non seulement les discours qui se tiennent sur lui, mais aussi les formes prises par ces discours. Je pars de l’hypothèse qu’il existe des genres propres…

Après (1) Et Internet, dans tout ça?

Je n’avais pas mon smartphone vendredi soir dernier, laissé à la maison pour aller à un festival de musique, mains dans les poches, pas de sac à dos, légère. Entre deux concerts, dans le…

“Théorie du genre”: personnification et agentivité

Look! It’s moving. It’s alive. It’s alive… it’s alive, it’s moving, it’s alive, it’s alive, it’s alive, it’s alive, IT’S ALIVE! (James Whale, Frankenstein, 1931 Introduction. Personnification et stratégie discursive La “théorie du genre”…

Faire le deuil du sujet souverain

Comme toutes les évidences, y compris celles qui font qu’un mot « désigne une chose » ou « possède une signification » (donc y compris les évidences de la « transparence » du langage), cette « évidence » que vous et moi sommes des sujets – et que ça ne fait pas problème – est un effet idéologique,…

En parlant de prénoms (1) Ce qui nous fait parler

What’s in a name? That which we call a rose By any other name would smell as sweet. Shakespeare, Roméo et Juliette (II, ii, 1-2). En tant qu’analyste du discours, ce n’est pas tant la manière dont les personnes parlent qui m’intéresse que ce qui les fait parler; c’est pourquoi…

De quoi le genre est-il le nom? Le genre, les femmes et le reste (3)

Je finis cette série et mon mois dans la Villa avec ce qui peut sembler comme une simple question de dénomination, mais recouvre en fait des enjeux centraux pour le champ d’études concerné: parler du genre, n’est-ce pas finalement un autre moyen de parler des femmes? Les deux dénominations sont-elles…