Author: Interfaces/fonds anciens BU Lyon

Quelques journaux des écoles Freinet

Témoin d’une des formes d’éducation novatrice du XXe siècle, la Bibliothèque Diderot de Lyon possède un petit fonds de journaux scolaires provenant d’écoles  suivant la pédagogie Freinet. Tous datent des années cinquante et soixante. Des objets bibliographiques de peu de prix Malgré leur caractère patrimonial, ces journaux sont peu remarquables extérieurement : de petit format, très courts (toujours moins d’une vingtaine de pages), imprimés sur du papier d’assez mauvaise qualité,…

Les contes de fées de Madame d’Aulnoy : la recette d’un succès littéraire et éditorial

Lorsque Madame d’Aulnoy fait paraître en 1697 Les Contes des fées, suivis l’année suivante des Contes nouveaux ou Les fées à la mode, elle connaît un vif succès éditorial. La Bibliothèque Diderot de Lyon possède une réédition complète de ces contes, imprimée en 1742 [cotes 2RA 4385 et 2RA 4386]. Dans un précédent billet (<Madame d’Aulnoy et le conte de fées littéraire>), notre intérêt s’est porté sur la vie de la conteuse, sur le cadre éditorial dans lequel se sont glissés ses contes, sur le succès qui a suivi leur publication ainsi que sur le milieu social qui a vu naître ce nouveau genre littéraire. Aujourd’hui, nous allons nous pencher sur les ingrédients qu’a utilisés Madame d’Aulnoy pour remplir sa marmite des fées – expression empruntée à Nadine Jasmin – et faire…

L’Histoire naturelle des Quinquinas de Weddell : entre l’arbre et l’écorce

Historiquement, les recherches sur le paludisme se trouvent étroitement liées aux études concernant les Quinquinas. Certains traités de pathologie ou de botanique du XIXème siècle en témoignent. La Quinologie de Delondre et Bouchardat – déjà présentée – mentionne, les travaux du médecin naturaliste Hugh Algernon Weddell (1819-1877). Ce dernier est l’auteur…

Madame d’Aulnoy et le conte de fées littéraire

Madame d’Aulnoy (165?-1705), aujourd’hui oubliée du grand public, était une conteuse prolifique : elle écrivit vingt-six contes. Très appréciés en son temps, ses contes avaient autant de succès voire plus que ceux de Charles Perrault. Dans la première moitié du XVIIIe siècle, les contes de Madame d’Aulnoy furent réimprimés cinq fois et ceux de Charles Perrault quatre fois. Aussi semble-t-il juste de l’extraire de l’ombre de ce dernier. Les collections patrimoniales de la Bibliothèque Diderot de Lyon où l’œuvre de Madame d’Aulnoy est fort bien représentée nous permettent cette mise en lumière.   Marie-Catherine Le Jumel de Barneville, baronne d’Aulnoy : une vie digne d’une héroïne de roman Portrait dessiné par Élisabeth Chevron et gravé par Pierre-François Basan (1723-1797), à noter la graphie « Berneville »…

La Quinologie de Delondre et Bouchardat

L’exposition « Les plantes, un monde en mouvement » à voir actuellement à la BU sciences de l’Université Claude Bernard Lyon 1, est l’occasion de feuilleter quelques ouvrages de botanique conservés dans les fonds patrimoniaux du SCD Lyon 1. Après avoir présenté le mois dernier les travaux du botaniste Gaston Bonnier, les…

Gaston Bonnier : la flore et le nectar

Cet automne la Bibliothèque universitaire Lyon 1 met la botanique à l’honneur. À partir du 9 octobre, l’exposition, Les plantes, un monde en mouvement fera découvrir l’univers fascinant des plantes et les multiples interactions hommes-plantes. Une belle occasion de présenter sur le blog Interfaces/livres anciens quelques ouvrages anciens de cette…

Le piratage des Œconomies royales

Maximilien de Béthune. École française du XVIIe siècle, Musée Condé, Chantilly. Photo (C) RMN-Grand Palais (domaine de Chantilly), René-Gabriel Ojéda La contrefaçon en édition littéraire relève souvent de la simple économie : la production d’une œuvre à moindre coût. Les Œconomies royales, un étrange et singulier mémoire qui mêle le vrai et le faux, ont été réimprimés frauduleusement après la mort de leur auteur. Ces contrefaçons ont contribué à solidifier le mythe autour d’Henri IV et Maximilien de Béthune, duc de Sully. L’édition des 3 V verts… Après l’assassinat d’Henri IV en 1610, la carrière…

Léon, le cadet des frères Tripier (1842-1891)

Après avoir évoqué dans un précédent billet Raymond Tripier dont la bibliothèque universitaire conserve un important corpus manuscrit, nous consacrons cet article aux travaux de son frère cadet Léon Tripier, né à Bourgoin (Isère) le 7 mars 1842 et décédé à Lyon le 6 décembre 1891. C’est en 1860 que…

Élisée Reclus : un homme aux multiples facettes

Dans un précédent billet, c’est la facette la plus connue d’Élisée Reclus (1830-1905) celle du géographe savant-voyageur qui a été explorée à travers son œuvre (voir <https://bibulyon.hypotheses.org/8614>). Dans celui-ci, ce sont des côtés plus méconnus du personnage qui sont mis en lumière par le biais d’ouvrages issus des fonds patrimoniaux de la Bibliothèque Diderot de Lyon. Le libertaire L’œuvre d’Élisée Reclus porte la marque de sa pensée politique. Cette dernière lui a valu de nombreux exils. Tout d’abord en 1851, à la suite du coup d’État de Louis‑Napoléon Bonaparte, les convictions républicaines d’Élisée Reclus le contraignirent à s’exiler avec son frère Élie par crainte de représailles. En 1864, Élisée et Élie Reclus durcirent leurs convictions politiques en rejoignant…

Élisée Reclus : le géographe savant‑voyageur

Dans la première moitié du XIXe siècle, s’opposent encore deux figures du géographe : le sédentaire ou savant de cabinet et l’homme de terrain, explorateur. Élisée Reclus (1830-1905) est représentatif d’une nouvelle figure : le géographe savant-voyageur. Son œuvre est abondante (plus de 30 000 pages publiées). La Bibliothèque Diderot de Lyon possède dans ses fonds patrimoniaux un grand nombre de ses ouvrages. Face à la surabondance de l’œuvre d’Élisée Reclus, seule une partie a été tirée de l’oubli. Portrait d’Élisée Reclus à l’âge de 19 ans. Ce portrait a été dessiné par le peintre d’histoire Eugène Devéria (1808-1865), il est issu du premier tome de la Correspondance d’Élisée Reclus publié en 1911 (cote Bibliothèque…

Le Libro de abacho, la première arithmétique commerciale

En 2010 la famille Itard fait don à la bibliothèque universitaire Lyon1 de la collection sur l’histoire et l’enseignement des mathématiques constituée par Jean et Gilles Itard. Cet ensemble est déposé à la bibliothèque universitaire de mathématiques. L’ouvrage le plus ancien du fonds est un post incunable, Le livre d’abaque…

Fête offerte à M. Guérard : un livre unique ?

La Bibliothèque Diderot de Lyon possède dans ses collections Éducation un beau livre relié en maroquin vert avec double filet doré sur les chants et festons sur les chasses, enserré dans un étui lui-même en maroquin vert. Les tranches sont dorées, les gardes collées sont en papier marbré peigné typique du XIXe siècle. Sur le dos à cinq nerfs est estampé à chaud ce titre : Fête à Monsieur Guérard. Cinquantenaire barbiste 1881. Cette reliure est signée Victor Champs, un relieur célèbre de la fin du XIXe siècle (1844-1912). Enfin, le corps du texte est imprimé sur un parchemin de belle qualité de type vélin.   Un exemplaire unique Cette Fête offerte à M. Guérard par ses anciens élèves à l’occasion de son cinquantenaire barbiste…

Innovation et rivalité : le marché cartographique du siècle d’or néerlandais

Le Theatre du monde […]. Amsterdam : Blaeu, 1643À Amsterdam, centre du monde de la production cartographique au XVIIe siècle, les maisons d’édition dominent le marché cartographique. La Bibliothèque Diderot de Lyon conserve deux atlas hollandais qui illustrent non seulement les frontières géopolitiques, mais aussi la concurrence éditoriale de ce marché lucratif. Le premier est un grand in-folio en deux tomes comprenant deux cent trente-six cartes aquarellées. Atlas, ou représentation du monde universel et des parties d’icelui (Mercator et Hondius, 1633) est la sixième édition française augmentée et corrigée d’après l’originale en latin de 1595. Le deuxième, Le Theatre du monde (Blaeu, 1643-1645 ; voir le billet de blog dédié sur Interfaces), est un grand in-folio en quatre tomes, composé…

Edmond Perrier : une vision « coloniale » de la zoologie

Jean Octave Edmond Perrier (1844-1921) a profondément marqué la zoologie et influencé la sociologie. Ses deux ouvrages majeurs, conservés dans le fonds ancien de la BU en témoignent. Il s’agit d’une part de son grand Traité de Zoologie, et d’autre part d’un opus intitulé : Les colonies animales et la…

Philosophie naturelle et progrès du savoir : un cours manuscrit de Jean Dominique Campi

Les collections Éducation de la Bibliothèque Diderot de Lyon recèlent un texte de philosophie naturelle sur la physique particulière, rédigé en 1739 par Dominique Campi, lecteur de philosophie au collège Clémentin de Rome. Ce collège, fondé en 1595 par la congrégation des Somasques, était très prestigieux dans la Rome des XVIIe et XVIIIe siècles. Il accueillait la jeunesse noble romaine et étrangère, tel Prosper-Laurent Lambertini, né d’une des plus anciennes familles patriciennes de Bologne, futur pape Benoît XIV. Un texte pédagogique Figure CXXXIX : illustration du dispositif de compression de l’air pour mettre en évidence…

Sous l’emblème la presse : ce que les poèmes d’Aneau disent du livre lyonnais au XVIᵉ siècle

Page de titre Barthélémy Aneau est un humaniste lyonnais de la Renaissance, figure importante en son époque, relativement oubliée aujourd’hui, bien que la recherche universitaire se soit penchée sur lui au cours des dernières décennies et ait commencé à le réhabiliter. Il fut un grand éducateur, principal du collège de la Trinité (premier établissement municipal et laïc à Lyon). Cet aspect de sa personnalité est sans doute indissociable de sa pratique scripturaire : lui qui condamnait la poésie comme ne valant pas la rhétorique écrivit néanmoins de la poésie, sans doute dans un but pédagogique, ses vers devaient en effet instruire le lecteur. Il en est de même de son théâtre, et de l’unique roman qu’il écrivit avant sa mort violente…